JOURNAL.SN

Actualités du Sénégal

Relance de l’Aquaculture
Faire de Sédhiou un Pôle Aquacole

Conformément aux instructions de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de République du Sénégal, la Directrice Générale de l’Agence Nationale de l’Aquaculture Dr Téning SENE, accompagnée de son équipe, s’est rendue dans la région sud de la Casamance pour relancer les activités aquacoles.

Pour rappel, le Président Macky Sall avait instruit, lors du Conseil des ministres décentralisé de Sedhiou en 2015, de faire de cette région un fort potentiel naturel : un « Pôle Aquacole ».

L’AQUACULTURE occupe une place importante dans le PSE avec un objectif ambitieux de 50 000 tonnes de production en 2023 et qui entraînera la création de 20 000 emplois.

Après l’étape de Ziguinchor, l’équipe de l’ANA a fait cap à Sédhiou.

La mission va effectuer un vaste programme d’empoissonnement pour la valorisation des infrastructures aquacoles dans la région de Sédhiou dans le département Bounkiling plus précisément dans les localité de Djiragone ou 15 étangs dont 12 de 1000 m2 et 6 de 600 m2 sont réalisés par le P2RS. Chaque étangs sera empoisonné à raison d’ individus par m2. Cette ferme dédiée aux jeunes de Bona va recevoir 68 000 alevins.

Après Djiragone la mission se rendra à Bona. L’association des jeunes dispose de 30 cages flottantes financées par la FAO et le PAPEJF. Ces cages seront empoisonnées à raison de 200 individus par m3 soit 2000 alevins dans chaque cage, sur l 60 000 alevins au total.

Il est prévu, en collaboration avec le Directeur Général de l’ANPEJ Monsieur Tamsir FAYE, la remise de la fabrique d’aliments de poisson de Bona. Cette fabrique est financée par la FAO dans le cadre d’un programme de création d’emplois pour les jeunes et réceptionnée depuis septembre 2016. En effet l’absence d’aliments de poisson fait parti des contraintes pour le développement de l’aquaculture et cette fabrique va contribuer à lever cette contrainte. Les jeunes vont non seulement approvisionner leur ferme mais pourront commercialiser l’aliment dans la région et donc permettra de favoriser les revenus.

Les cages de Bona ont réalisées sur financement du Programme d’Urgence de modernisation des Axes et Territoire frontaliers (PUMA). Il s’agit de 800 cages flottantes de 14 m3 chacune au profit du village ou un comité de gestion est mise en place.

La Directrice générale va aussi visiter la station piscicole de l’ANA dans la Commune de Djéndé, chargée de la production de semences de poisson, l’espèce de tilapia adaptée à l’eau saumâtre.

Insertion de jeunes diplômés :
Le GIE Aqua Kassafor composé de 5 jeunes diplômés du Centre national de formation des techniciens des pêches et de l’aquaculture (CNFTPA) a bénéficié de 4 étangs de 1000 m2 au pôle aquacole de Sédhou. Ces jeunes ont bénéficié de l’appui du COSEC pour la formalisation du GIE et le fonds de roulement. L’ANA leur affecte des étangs déjà réalisés et appui en aliments de poisson pour le démarrage de leurs activités. L’objectif visé par l’ANA, le COSEC et le CNFTPA étangs de pousser les jeunes diplômés du secteur à s’intéresser à l’auto emploi notamment l’aquaculture qui est un secteur à fort potentiel de création d’emplois et de richesses.

A chaque étape, Dr Tening Sene rappelle les règles barrières et procède à la distribution de masques et de gels hydro-alcooliques.

Le P2RS et l’ANA renforcent les femmes ostréicultrices de la région

Dans le cadre de l’accélération du programme de développement de l’aquaculture, inscrit dans le Plan Sénégal Émergent (PSE), la Directrice générale de l’Aquaculture, Mme Tening Sene a commencé sa tournée à Fatick et à Missirah, ce lundi, avec son équipe. La délégation poursuit sa visite à Ziguinchor, ce mercredi 17 juin, avant de se rendre à Sédhiou, Kolda, Tambacounda et Matam.
Avec le programme de valorisation d’infrastructures aquacoles mises en place par le P2RS, la Directrice Générale de l’ANA a procédé à la réception des travaux de réhabilitation du bassin de dégorgement de Katakalousse destiné à l’association des femmes ostréicultrices de la région et à la remise officielle d’équipement de production dont des bacs, des bottes, des coûteux , des gangs entre autres composé de 141 articles au total et pour un montant global de 11 9948 000 FCFA.
En effet, l’ostréiculture est l’élevage des huîtres et est une activité essentiellement occupée par les femmes à Ziguinchor (environ 300 femmes) dans la région. Ce bassin de dégorgement initialement financé par l’Etat du sénégal à travers le PADERCA à hauteur de 30 000 000 FCFA permet d’assurer une qualité sanitaire pour la commercialisation dans les hôtels et et les restaurants pour la consommation des huîtres fraîches qui donne plus de revenus aux femmes ; La Production ostréicole escomptée de la région en 2020 est de 308 tonnes.

Le lundi 17 juin, la délégation a visité l’écloserie de Fatick (semence de poisson), l’unité de fabrique d’aliments et la ferme des femmes de Ndiaye-Ndiaye composée de 5 étangs qui peuvent produire en 6 mois, en moyenne 6 tonnes. La Directrice générale a profité de cette occasion pour rappeler l’importance de l’aquaculture : “L’aquaculture est un secteur phare du Plan Sénégal Emergent avec comme objectif la production de 50 000 tonnes d’ici à 2023. Ce défi va donc occasionner la création d’emplois et le développement économique et social”.
Cette tournée, d’une durée de 8 jours s’inscrit également dans la dynamique de relancer les activités post crise Covid 19, conformément aux instructions de S.E.M. Macky Sall, Président de la République du Sénégal, à travers le Programme de résilience économique et sociale. Les régions de Fatick, Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Tambacounda et Matam seront à l’honneur.
Ainsi, il s’agira de mener un vaste programme de valorisation avec l’empoisonnement des fermes de Missirah, Djirago, Sarré Diatta, Bona le pôle aquacole de Sedhiou, à Matam (Mbakhna et Belly Diallo ) d’appuyer les femmes bénéficiaires du bassin de dégorgement de Katakalousse avec du matériel d’exploitation avec du matériel d’exploitation, d’améliorer la vulgarisation des activités du projet et pour sa pérennité.
Avec l’épidémie du Coronavirus qui sévit dans le monde depuis plusieurs mois déjà, cette tournée a été, pour la Directrice générale de l’Aquaculture, une occasion de remettre des masques et des gels hydro alcooliques aux femmes et jeunes de Fatick mais aussi de rappeler les gestes barrières afin de freiner la propagation de la pandémie.